COCNet accueil INFORMATION PROFESSIONNELLE

COCNet sommaire secteur professionnel

LE
GLAUCOME

Dans la même rubrique

Heidelberg Retina Tomograph : lecture et interprétation (7/12)
Le glaucome
Grossesse, accouchement, allaitement et glaucome
Sclérectomie profonde : où en est-on ?
Le point sur la génétique (2/12)
Comment interpréter la mesure de la pression intra-oculaire ? (3/12)


THÈMES ABORDÉS

Glaucome à pression normale
Les grandes études - CNTG (5/5)
L’actualité glaucome sur Medline
Une recherche plus rapide dans Medline  
Glaucome à pression normale : ils ont osé !  

Glaucome chronique à angle ouvert
La contraception orale pourrait favoriser la survenue d’un glaucome
Les grandes études - CIGTS (3/5)
Les grandes études : AGIS (1/5)
La Haute Autorité de santé appelle des recommandations en matière de glaucome
Les grandes études - EMGT (4/5)
Résultats cliniques de la trabéculoplastie au laser sélectif  
Dépister une progression du glaucome avec le HRT  
L’érythropoïétine et le CD44 soluble pourraient être des marqueurs de la progression périmétrique  
Génétique moléculaire du glaucome primaire à angle ouvert au sein de la population québécoise  
Aravind comprehensive eye survey  

Hypertonie oculaire simple
Les grandes études : OHTS (2/5)
Deux inhibiteurs de la rho-kinase dans les starting-blocks
Traitement des glaucomes  

Pathogénèse
Une atteinte thyroïdienne pourrait être un facteur de risque indépendant de glaucome  
Ulcère et glaucome  
De l’oeil sec au glaucome  

Recherche clinique
Les grandes études (1/7)
Les grandes études (2/7)
Association Helicobacter pylori - glaucome
La sclérectomie profonde est efficace à six ans
Nouveaux traitements, premiers bilans
L’OCT fait des bulles  
Facteurs de risque d’infection de la bulle de filtration après chirurgie du glaucome  
Le Tono-pen ne remplace pas le tonomètre de Goldmann  
Génériques du glaucome : attention au stress thermique !  
Les drogues anti-Alzheimer pourraient être utiles contre le glaucome  



Henri Gracies

Une tasse de café n’entraîne qu’une faible augmentation de la pression intra-oculaire
Le point sur les nouvelles molécules (10/12)
Deux inhibiteurs de la rho-kinase dans les starting-blocks
La prévention du glaucome
La Haute Autorité de santé appelle des recommandations en matière de glaucome
Comment améliorer le dépistage ? (4/12)

Contrat Creative Commons
Cette création MediaMed Publications est mise à disposition sous un contrat Creative Commons


8-07-2012
Prévention
Une tasse de café n’entraîne qu’une faible augmentation de la pression intra-oculaire
Henri Gracies

Après l’eau, le café est la boisson le plus souvent ingérée dans le monde, avec une industrie qui fait vivre plus de 100 millions de personnes. Outre le café, la caféine est un constituant, voire le principal constituant de multiples boissons dont le thé, des sodas et des boissons dites énergisantes.


 

 

Cela explique en partie le nombre important de travaux récents consacrés aux effets de la caféine sur l’organisme, avec notamment une étude sur les carcinomes cutanés et une autre concernant les accidents cardiaques [1].

 

Une augmentation de la pression intra-oculaire (PIO) consécutive à un apport en caféine est depuis longtemps admise, à tel titre qu’il y a quelques décennies, un test diagnostique de la maladie glaucomateuse, abandonné en raison de son manque de spécificité, utilisait des mesures pressionnelles oculaires effectuées avant et après la consommation de café. L’importance de cet effet de la caféine sur la PIO est controversée, mais s’il est tangible, cela constituerait un facteur de risque qui, en modifiant des habitudes alimentaires, pourrait être corrigé simplement et pour un faible coût.

Dans le cadre de cet essai prospectif croisé en double insu [2] effectué à Boston (Harvard Medical School, Massachusetts Eye and Ear Infirmary, Boston, MA, EUA), les caractéristiques pressionnelles de cent six participants (22 ayant un glaucome primitif à angle ouvert, 18 avec un glaucome à pression normale, 20 ayant une pression intra-oculaire élevée isolée, 21 suspects de glaucome primitif à angle ouvert et 20 sujets sains), 60 et 90 minutes après la consommation de 237 ml de café décaféiné (4 mg de caféine) ou non (182 mg de caféine), ont été analysées et, entre les groupes avec et sans caféine, les différences moyennes (mm Hg) de la PIO, de la pression de perfusion oculaire et de l’amplitude oculaire pulsatile ont été respectivement de 0,99 (± 1,52 ; P < 0,0001), de 1,57 (± 6,4 ; P = 0,0129) et de 0,23 (± 0,52 ; P < 0,0001) à 60 minutes puis, à 90 minutes, de 1,06 (± 1,67 ; P < 0,0001), de 1,26 (± 6,23 ; P = 0,0398) et de 0,18 (± 0,52 ; P = 0,0006).
Les résultats de l’analyse de régression n’ont pas été globalement significatifs et A. Z. Jiwani et al. supposent que l’élévation pressionnelle consécutive à l’ingestion d’une tasse de café (182 mg de caféine) n’a pas de répercussion clinique.

 

 


[1] Cliquez sur les images.

[2] Jiwani AZ, et al. Effects of caffeinated coffee consumption on intraocular pressure, ocular perfusion pressure, and ocular pulse amplitude : a randomized controlled trial. Eye 2012 ; aop:10.1038/eye.2012.113.